blog up

a musical blog

mercredi 28 novembre

Irish blood, english heart and italian shoes

Morrissey, c’est la classe. Manifestement ce n’est pas la viande qui fait grossir. Momo n’en mange pas mais doit sûrement compenser par un régime pizza-pâtes pour avoir cet embonpoint post-quarantaine. Malgré cela, l’émigré transalpin reste Sans_titre_1toujours élégant et fait passer Aldo Maccione pour un ouvrier du bâtiment endimanché.

Morrissey, c’est le mystère. Le chanteur précieux est toujours resté secret sur sa non-sexualité. On ne lui connaît pas la moindre liaison. Sa meilleure idée fut certainement de nous dire, il y a 20 ans, que sa copine était dans le coma. Depuis, délicatesse oblige, c’est motus et bouche cousue.

Morrissey, c’est la star. Enfant naturel de deux icônes, James Dean et Oscar Wilde, le petit Steven joua très tôt à la poupée new-yorkaise. Mais plutôt que de monter sur scène maquillé comme un camion volé, Moz préféra se tortiller en balançant des glaïeuls au public pour devenir culte aux quatre coins du monde.

Tout ça pour vous dire que le Pasolini anglais, qui a annoncé un prochain album pour 2008, sera dès janvier en tournée en France. Les plus optimistes parlent d’une tournée d’adieux. Les plus pessimistes pensent toujours à une reformation des Smiths. A moins que ce soit l’inverse.

Bunganow Bill

A regarder

Posté par blogup à 10:30 - Concert - Commentaires [3] - Permalien [#]

Commentaires

    Logistique

    une question me turlupine depuis longtemps : qui repasse les chemises de morrissey ?

    Posté par jean-phil, mercredi 28 novembre à 12:39
  • Je suis un fan, mais...

    ... en voyant les premières images de la video, je me suis dit que Moz quinquagénaire pourrait être le fils du King période Végas et de Alban Ceray...

    Voilà qui ne va pas nous aider à trouver les clés de sa saxualité...

    Posté par Frederic, mercredi 28 novembre à 15:29
  • Apparament après une nouvelle interview avec le NME, le Moz est de nouveau accusé de racisme...
    Si seulement il pouvait sortir un bon album...
    Quand à la reformation des Smiths, impossible sans l'intervention perpétuelle de médiateurs chevronnés !

    Posté par lyle, mercredi 28 novembre à 16:24

Poster un commentaire